écriture longiligne rectiligne, 

qui ventile la venue de l’inconnu

oui gentille cette venue 

je suis pompeuse et tu n’es qu’un rieur

un rieur et non un mec qui sait rire 

 

oui reconnais l’autre lorsqu’il riz 

                du riz au lait 

sucré ou salé 

 

tu ne sais pas ? 

 

moi non plus 

 

 

 

petit sauté de riz 

qui rit au paradis du lait 

tout cela pour contempler cette laiteuse 

 

laiteuse laideur de ses entrailles 

 

pk est ce qu’il ne riz plus bien 

pourtant ou peut être la cuisson n’était pas bonne 

n’était t ‘elle pas bonne ? 

cette envolée boursouflée par ce gras 

enjoué et balancé comme ce swing ou ce string 

habillé par les fesses qui le trimballent le balance 

 

 

quelle balance, quel balancier ce ciel tutélaire

 

qu’est ce que tu nous veux ? 

 

jusqu’où je vais aller 

je me sens si faiblarde 

abattue par mes âneries 

mes … pourtant je les chéries tant 

pk ai je cette impression de les chérir ? 

ceux qui m’abattent 

ce qui m’abat

 

 

 

suis-je à côté de cette plaque d’égout 

ou, est-ce mon dégout qui m’entraine vers ce gouffre 

avales-moi ne t’arrête donc plus 

tu ne t’es donc jamais gênée alors vas-y 

tues moi une bonne fois pour toute 

tue cette salope qui vit en moi 

 

oui prends ce liquide et verse le où tu veux 

je m’en fou je me livre à jamais dans le noir 

jusqu’au soir 

jusqu’au jour 

pendant les deux je les embrassent en les mordant 

je les mords 

oui violemment 

comme une tigresse en chaleur qui n’a jamais fait l’amour 

 

ahlala quelle salope n’a jamais fait l’amour ? 

 

toi 

moi 

certaines 

salopes

 

 

 

 

comment vais je faire sans mon élixir qui n’en est pas un 

ils n’ont pas cru en moi et moi je croirais en moi 

inch allah 

oui si je veux c’est ça 

quel que soit le style de pasta que tu fourres dans ton four 

ou ta casserole 

n’aie jamais peur qu’elle boue 

surtout pas elle doit bouillir pour apprendre à frémir 

ou être de marbre ou stagnante 

ou longiligne ?