28 juillet 2018

Amour

je suis d'un trop plein d'amour et parfois je ne sais comment le contrôler !  hume fait la différence entre la finesse du gout et les humains passionnés.  la vulgarité ne m'effraie pas, seulement elle peut empêcher de vivre.  je ne vis que pour l'autre et il ne vit que pour moi : dans mon être il rentre et ne sort jamais. la tendresse ne m'effraie pas elle m'attire à un point inexplicable d'amour et de haine, de joies et de peines que je ne sauraient retracées.  elles sont là .  elles s'expient, elles... [Lire la suite]
Posté par L ALOUETTEBANGUI à 02:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2018

Hommage à la Vierge

la jaunisse,  quelle belle compliment   ne rougisse pas tu fleurisses  c’est tout     oui c’est tout et après Après tu refleuris indéfiniment sans mourir    oui car tu agis  alors indéfiniment tu fleuris de pourritures et d’abris,  c’est bien   ne sois pas lisse ne sois pas triste   maman t’aime et marie aussi  la vierge   dégarnit et pourrie  dans l’oublie vierge tu n’existes pas et tu es une tuerie    et vous ? êtes vous vierge... [Lire la suite]
Posté par L ALOUETTEBANGUI à 02:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2018

Riz

écriture longiligne rectiligne,  qui ventile la venue de l’inconnu oui gentille cette venue  je suis pompeuse et tu n’es qu’un rieur un rieur et non un mec qui sait rire    oui reconnais l’autre lorsqu’il riz                  du riz au lait  sucré ou salé    tu ne sais pas ?    moi non plus        petit sauté de riz  qui rit au paradis du lait  tout cela pour contempler cette laiteuse    ... [Lire la suite]
Posté par L ALOUETTEBANGUI à 02:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2018

Poaime - A trois j'y vais … (2013)

je fais des confitures et de la compote de vide,  rien ne m'atteint et je suis anesthésiée en permanence par un poison un poison serin et disloqué  en une partie de plaisir et de goudron l'arbre à bémol s'allonge    le temps de la souricière est enfin convenu car la carte s'enlève et apparait elle est jouée et rejouée, elle a été immolée par un gribouillage instantané une lumière sombre qui suie   une ampoule sur le guidon mais elle tombe  la rhubarbe est prête et je mets les couverts je... [Lire la suite]
Posté par L ALOUETTEBANGUI à 02:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2018

Conte - La Petite (écrit en 2011)

Elle marchait le long du trottoir et elle vit dans la pénombre, cet homme. Un peu gros, avec un manteau noir, un chapeau noir un nez crochu. elle semblait distinguer une sorte de tache rouge sur le devant de la veste. Ce gros boucher humain venait de dévorer une femme. Elle lui parlerait mais ne se ferait pas bouffer.  Pour qui vous la prenez, elle se croyait intouchable la petite. Elle pensait qu'elle était un agent tombé du ciel et face au mal elle n'avait pas peur. Rien ne pouvait lui arriver à elle cet ange blond à l'âme si... [Lire la suite]
Posté par L ALOUETTEBANGUI à 02:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]